Sentier de la paix en Slovénie, des Alpes à la mer Adriatique

battle_of_caporetto29Randonnee-Slovénie-T.-KumerSi l’essentiel des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale se déroule dans notre pays, d’autres fronts ont évidemment été le théâtre de violents combats. Sur le Front de l’Isonzo (en slovène Soča), dans l’actuelle Slovénie, douze batailles particulièrement sanglantes ont opposé entre juin 1915 et novembre 1917 les soldats du royaume d’Italie et les armées centrales d’Autriche-Hongrie et de l’Empire allemand. Le dernier de cette douzaine d’affrontements, le plus intense, est connu dans l’histoire comme la Bataille de Caporetto (ou Kobarid dans l’actuelle Slovénie).

Divers auteurs connus ont raconté ces événements tragiques pour la postérité. L’évocation littéraire la plus connue est probablement le roman semi-autobiographique « L’Adieu aux armes » (1929) d’Ernest Hemingway, qui était à l’époque correspondant de guerre et ambulancier pour la Croix Rouge sur le Front de l’Isonzo. Le film italien « Les Hommes contre » (« Uomini Contro », 1970) a également pour thème central les combats répétés qui se sont déroulés à proximité de la rivière Soča.

Cette guerre a elle aussi été menée depuis des tranchées et des digues renforcées, comme sur l’Yser. Seul le relief était complètement différent, ce qui impliquait évidemment d’autres options stratégiques. Ce fragment d’histoire passionnant mais terrible a été reconstitué en l’an 2007 dans le Sentier de la paix, une réalisation qui a pour objectif premier de rendre hommage aux victimes.

kobaridCe sentier d’environ 100 km couvre un patrimoine historique et culturel essentiel. Il débute à l’entrée d’un tunnel minier dans le village alpin de Log pod Mangartom (dans la région de Goriška) sur le territoire de la commune de Bovec et s’étend jusqu’à la colline de Mengore, sur le territoire de Tolmin. Cinq sections, aux dénivelés importants, peuvent être parcourues à pied ou à vélo le long de sentiers balisés. Certaines parties sont également accessibles en voiture ou en autocar. Six musées le long de cet itinéraire, dont celui de Kobarid n’est pas le moindre, donnent une idée de la vie militaire de l’époque ; il comprend également des abris, des monuments et des cimetières militaires.

Ce concept a été revu et s’inscrit désormais dans un décor beaucoup plus vaste. L’Alpe Adria Trail, 230 km de long, traverse la Slovénie mais aussi l’Autriche pour s’achever en Italie, plus précisément à Duino près de l’embouchure de l’Isonzo, dans la baie de Trieste. On a intégré dans cette extension importante du parcours la région vinicole de Goriška Brda, ainsi que la région de Goriška, la zone du Karst (dont le sol se compose de la célèbre roche aisément soluble à la base de la formation de grottes) ainsi que la partie italienne qui se trouvait il y a cent ans de l’autre côté du front.

Outre la beauté grandiose de cet itinéraire qui relie les montagnes à la mer, la plus-value est générée par les qualités gastronomiques de la contrée. Le fromage de Tolmin et le struklji de Kobarid (sorte de ravioli aux noix et aux raisins secs) jouissent d’une solide réputation, à l’instar de la truite, spécialité de la Soča. Kobarid est connu pour ses nombreux excellents restaurants.

slovenieLes équipements sportifs et récréatifs abondent et permettent diverses activités en l‘air (parapente), à terre (escalade, spéléologie, VTT, équitation, etc.) et dans l’eau(canyoning, rafting, flyfishing,…). Sans oublier le charme qui émane des petits hameaux. Les habitants de la vallée de la Soča ont surmonté les événements dramatiques d’il y a un siècle et organisent régulièrement des festivals.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *